Etre "Contre"


Voilà un sujet auquel je réfléchis depuis quelques temps. Lorsqu’on souhaite s’engager pour soutenir les convictions qui nous sont propres, il s’agit d’abord de s’assurer que les organisations qui porteront notre parole seront porteuse d’une idée juste telle qu’on la conçoit.

Ces organisations qui œuvrent pour la paix, l’alphabétisation ou la sauvegarde des espèces en voix d’extinction sont toutes peuplées de bonnes volontés aux idées solides et aux talents multiples, toutes prêtes à porter notre flamme de sauveur dans leurs drapeaux.

Que l’on soit activiste ou donateur, je ne fais pas de différence, je trouve l’engagement noble et toujours pur. (on parle ici d’organisations bienfaitrices, évidemment…) Pourtant, j’ai du mal à trouver celles qui me correspondent vraiment. Celles qui sauront exister par l’exemple, la joie et l’Amour.

Comment permettre la paix, comment nourrir l’idée de paix en s’associant à des structures qui ‘luttent contre la guerre‘ La notion de lutte est signe de combat, être contre la guerre, c’est faire la guerre à la guerre, et je suis intimement convaincue qu’on ne peut stopper la violence par une autre forme de violence, faire la guerre à la guerre, c’est la nourrir, c’est se mettre au niveau de ce qui ne nous correspond pas, c’est donc abaisser sa vibration d’amour à celle de la guerre, de la lutte, du combat, c’est imposer une idée, un schéma par la force, même si cette idée est une idée d’amour, la concrétiser par la force c’est pour moi tout le contraire de ce qu’il faut faire pour que la paix règne dans le cœur de chacun.

Agir ainsi c’est finalement nourrir la violence et l’égrégore de la guerre, de la colère, de la haine s’enflent encore alors même que l’on pensait l’essouffler…

Si je veux que la paix se fasse là où il y a la guerre, je dois, (comme pour les enfants) montrer qu’il y a de la joie à être dans la paix, à vivre dans la paix, à ressentir de l’amour. Je dois être l’exemple, je dois éduquer par cet exemple et enseigner l’autonomie par l’exemple. Ne plus se positionner comme le sauveur ou la victime. Aider c’est responsabiliser, éduquer, accompagner et laisser vivre dans la confiance et l’amour.

Voilà ce que, selon ma vision des choses, les associations, les ONG et autres organisations aux idées pures devraient agir. Oui, c’est plus long à mettre en place, oui, cela demande de ne jamais se décourager, mais à long terme c’est bien plus efficace.

Quand un enfant est en crise, il est plus difficile pour le parent de le serrer contre lui et de l’accompagner dans ses cris et sa colère, de lui montrer calmement qu’on le comprend que de le punir dans sa chambre. la première méthode lui donnera et lui apprendra confiance, amour et respect, alors que la seconde le mettra encore plus en colère, avec ce sentiment d’incompréhension et d’injustice. L’un atténuera la prochaine crise, l’autre l’accentuera.

Alors par choix et par conviction, je refuse d’adhérer à toute structure qui se ra “Contre” quelque chose. Et je refuse également les opérations “coup de poing”, les “actions de lutte” et les “œil pour œil, dent pour dent”. Alors le choix est assez vitre restreint, mais je vous invite quand même à y réfléchir…

3 vues
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Instagram Social Icon

(c) 2018 Passage à l'âme (eurl)

Siret 84433147000014

25 rue des Alliés - 24360 Piegut-Pluviers - téléphone : 07.82.18.88.00

Conditions générales - Contacts - Blog - Boutique - Nos services - Espace Membre 

Politique d'annulation :

En cas d’annulation, veuillez nous contacter au moins 48h à l’avance. Tout rdv manqué ou annulé moins de 48h à l’avance ne sera ni remboursé ni reporté. Toute demande d'annulation de votre part vous sera accordée si elle est faite 48h avant la date du rdv, toutefois, les frais Paypal et carte bleue restent à votre charge. Si l'annulation est faite à notre demande, aucun frais ne sera imputé.