Contraception au naturel ?

On me demande souvent comment allier féminité, protection, contraception et spiritualité. Dans le respect du rythme de chacune, dans le respect de l’équilibre naturel, dans le respect de l’idéal le plus élevé que l’on souhaite pour soi et pour son corps.

Je me suis penchée sur la question pendant des mois, j’ai testé des techniques, j’ai tenté des choses (je l’avoue avec plus ou moins de succès…) Les plantes, les connaissances ancestrales et oubliées au profit du profit, j’en suis convaincue. L’écoute de son corps, l’apprentissage de son propre rythme d’ovulation et de menstruations, c’est essentiel. Pour autant, il s’agissait de mixer connaissances antiques et modernité. Parce qu’on ne va pas se mentir, nous travaillons, nous évoluons et certaines techniques de comptage sont parfois fastidieuses à tenir au quotidien.

Rappelons tout de même qu’aucune contraception (hormis définitives, comme la ligature des trompes) n’est efficace à 100% AUCUNE !!! car lorsqu’une âme a décidée de s’incarner, rien ne l’en empêche !

Matériel & Technologie 

Il existe des outils à l’efficacité redoutable et 100% naturelles, mais à un coût exorbitant (quoi que… investir pour soi n’est jamais une perte d’argent, loin de là) comme les produit Lady-Comp (Lien ici : http://www.lady-comp.fr) qui sont des outils permettant de calculer automatiquement votre période d’ovulation et des menstruations et qui vous dit quand avec des rapports protégés ou non.

Lorsque les finances ne permettent pas tout de suite de s’offrir ce type d’outils, il reste les plantes. Mais pas n’importe lesquelles !

On ne va pas non plus se mentir, passer par l’avortement est une épreuve qu’aucune femme ne souhaite dans sa vie, surtout lorsqu’on est soucieux de n’apporter à son corps que des choses naturelles (autant que possible).

Et concernant l’avortement au naturel, si l’Internet foisonne de fausses bonnes idées, beaucoup de plantes restent dangereuses car à certaines doses, elles peuvent être plus ou moins toxiques. A moins d’être bien renseigné et accompagné par un naturopathe, herboriste ou pharmacien, restez prudentes !

Je ne vous direz pas ce que vous avez à faire, nous sommes toutes adultes et chacun prend ses responsabilités, mais je vais simplement vous donner le fruit de mes recherches.

Plantes & Tisanes

Il existe une plante Amérindienne contraceptive dont l’efficacité n’est plus à remettre en cause : le Grémil (Lithospermum officinale) repérez bien son nom latin très parlant… Le Grémil est en effet contraceptif à partir du moment où vous arrivez à vous procurer les racines. Malheureusement, si les fleurs séchés sont facilement trouvables sur Internet, les racines… nada !

La plante ou la fleur est parfaitement efficace pour les reins et les calculs puisqu’elle est diurétique, mais si vous l’utilisez comme contraceptif, vous risquez d’avoir des surprises…

Alors si les racines sont introuvables, et à moins d’en cultiver chez soit pour se faire ses propres macérations maison, voyons ce qu’il existe d’autre.

Huiles essentielles

Dans le Traité de Phytothérapie et d’aromathérapie, Tome 3 (Gynécologie) des Dr Girault et Belaiche, Éditions Maloine, on trouve une recette d’ovules contraceptifs à base d’huiles essentielles. Ces ovules (de petite taille) doivent être préparés en pharmacie et vous devez vous assurer que les huiles essentielles utilisées sont de bonne qualité et que l’excipient utilisé est non oléagineux !

Voici la formule :

  • HE origan d’Espagne : 2 à 3 gouttes
  • HE lavande officinale : 2 à 3 gouttes
  • HE romarin à camphre : 2 à 3 gouttes
  • TM saponaire : à 0,05 g
  • TM ananas comosus : à 0,05 g
  • Le tout dans 2,5 gr d’excipient non oléagineux

(HE : huiles essentielles – TM : Teinture mère)

Ces ovules sont à mettre 1h avant le rapport. Après le rapport, ne prenez surtout pas de douche vaginale, cela détruirait l’action des huiles essentielles. Ces ovules ne sont pas irritants, ils ne détruisent pas la flore vaginale et ne sont pas allergisants.

Commandez-les par petite quantité car vous devez les conserver au frigo et pas plus de 2 mois.

Outre les actions des huiles essentielles, l’importance de l’acidité du vagin est une notion dont personne ne parle en gynécologie. A savoir que rendre le vagin acide détruit l’action et la fertilité des spermatozoïdes. En d’autres termes, une simple injection de jus de citron aussitôt après un rapport suffit à éviter toute fécondité. Bien entendu, personne ne vous dira jamais cela, sauvons nos lobbies…

Outils divers

Pour celles qui sont réglées comme des horloges, avec un cycle aussi régulier qu’une montre Suisse, il existe des applications qui donnent dates et autres possibilités de tenir à jour ses périodes de non fécondité comme l’application Period Calendar (entre autre)

Pour le reste, depuis toujours les femmes ont su s’écouter et s’adapter au rythme de leur corps, aussi je ne peux que vous inviter à apprendre à vraiment vous connaitre, à écouter vos émotions, vos symptômes, VOTRE fonctionnement, car la chimie a des avantages fabuleux en de nombreux domaines, mais le corps des femmes n’est plus aujourd’hui obligé de subir les expériences malheureuses des hormones, si les hommes ne prennent pas la pilule puisqu’elle est jugée trop dangereuse pour eux, pourquoi devrions-nous nous y contraindre? (Bien sûr, ce n’est que mon avis personnel, mais posons nous la question…)

Je ne prétends pas avoir la réponse à tout, ni la connaissance absolue dans ce domaine, mais je vous partage simplement le fruit de mes recherches et mes outils. Pour autant, la vigilance reste le meilleur moyen de se protéger, l’amour en conscience et l’écoute de soi.

Evidemment.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *